C’est décidé… J’assume ma procrastination

Couverture magazine Vraiment

Par Ségolène Barbé

Le retard est votre marque de fabrique ? Vous remettez systématiquement au lendemain ce qui pourrait être fait le jour même ? Pas de panique : la procrastination n’est pas forcément un vilain défaut. Selon nos spécialistes, elle cache même bien des avantages. Leurs conseils pour en faire un atout.

1. Je prends le temps de réfléchir

“Dans mon métier, je vois beaucoup de procrastinateurs obsessionnels qui sont toujours dans le doute, qui n’arrivent jamais à se décider, à prendre position, ni dans un sens, ni dans l’autre”, explique Michèle Declerck. psychologue clinicienne et sophrologue, auteur de Mémoires d’un procrastinateur (L’Harmattan, 2015). Rien d’irrémédiable, certifie-t-elle, car “heureusement, tous les procrastinateurs ne sont pas pathologiques. Nous le sommes d’ailleurs tous un peu à un moment ou à un autre : cela ne veut pas dire que nous ne faisons rien, mais plutôt que nous nous trouvons tous un tas de petites choses périphériques à faire au lieu de nous concentrer sur ce qui compte vraiment. On a alors l’impression de s’éparpiller, on se sent coupable, etc. Pourtant, cette procrastination a du bon car elle permet de réfléchir, de maturer sur le plan de l’inconscient. Par exemple, moi qui ai tendance à réagir vite, je me suis rendu compte que, souvent, j’avais bien fait de laisser passer du temps avant d’émettre une opinion, de prendre une décision ou de rendre un travail. Pendant tout ce temps où j’hésitais à m’y mettre, j’avais laissé mûrir mes pensées sans m’en rendre compte, et le travail rendu était finalement plus intéressant.

Assumer sa procrastination, c’est aussi une manière de s’accepter tel qu’on est, avec son perfectionnisme, son anxiété. L’un de mes patients, un jeune homme qui préparait le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure, n’arrivait pas à s’atteler à ses révisions et passait son temps à faire autre chose, à s’interroger sur sa vocation : avocat ? médecin ? prof de gym ? Tout sauf, finalement, professeur de lettres, métier auquel menait justement le concours qu’il essayait de préparer. En réalité, il n’arrivait pas à se mettre au travail car il avait peur d’échouer. Souvent, nous procrastinons par crainte de ne pas être le meilleur. S’accorder ces temps de procrastination, ces périodes de doute, c’est aussi se laisser le temps de mieux se comprendre, pour faire le point sur ce qui est important pour soi.”

2. Je fonctionne à l’envie

Pour Boris Amiot, coach en développement personnel et auteur d’un blog dans lequel il évoque régulièrement les questions de confiance en soi, “la procrastination est un élan naturel du corps pour ne pas agir, pour se libérer des diktats de la société, de toutes ces injonctions qui pèsent sur nous, de l’école à l’entreprise. Ce n’est pas un hasard s’il y a aujourd’hui de plus en plus de gens qui procrastinent : c’est une manière de refuser de coller à ce que la société attend d’eux, une soupape de sécurité, parfois, avant d’arriver au burn out ou à la dépression.

Même les acteurs de développement personnel sont aujourd’hui dans une logique d’injonction, de performance : on “doit” absolument s’accomplir, réussir sa vie, réaliser des rêves toujours plus grands. Cela fait beaucoup de pression. Si on remet sans cesse les choses au lendemain, c’est peut-être un appel à revenir à soi, à ses aspirations profondes. A une époque, je procrastinais moi-même beaucoup, je n’arrêtais pas de faire des to-do lists [listes de tâches, NDLR] mais rien ne marchait. Alors, j’ai lâché prise, je suis devenu plus tolérant avec moi-même. Je me suis aussi lancé dans une voie qui me convenait mieux et j’ai de moins en moins procrastiné. Je faisais les choses par envie, beaucoup plus naturellement.

Pour assumer sa procrastination, il faut d’abord se poser ces questions: que m’apporte-t-elle de bon ? Que me permet-elle d’éviter ? Que m’apprend-elle sur moi ? La procrastination peut aussi être vue comme un révélateur de talents. Il faut avoir de sacrées compétences pour être efficace lorsqu’on procrastine : il faut être adaptable, réactif, créatif, résister au stress et à l’urgence. Beaucoup de personnes obsédées par l’organisation ne procrastinent peut-être jamais, mais perdent leurs moyens dès qu’elle doivent s’adapter à un nouveau contexte et sortir de leur zone de confort. Aujourd’hui, je fonctionne toujours au dernier moment : lorsque j’ai un travail à rendre, je ne m’y mets jamais tout de suite, je fais souvent autre chose que ce qu’il “faudrait” faire, mais je sais que mon cerveau travaille en tâche de fond. J’ai appris à me faire confiance là-dessus, à connaitre mon mode de fonctionnement. Finalement, c’est très libérateur.”

3. Je libère ma créativité

“La nuit porte conseil”, rappelle Martine Teillac, psychanalyste et psychothérapeute, auteur d’ouvrages spécialisés. “La sagesse populaire nous invite à faire une pause, poursuit-elle, à mettre de côté nos émotions, nos pensées, car elles ne sont pas encore en ordre. Procrastiner intelligemment, c’est une manière d’améliorer la communication avec les autres, de leur répondre de façon plus pertinente et respectueuse. On évite ainsi les montagnes russes de l’émotion, on se place sur un terrain plus stable qui aide l’autre à se sentir en confiance. Dans notre société, la procrastination n’est pas valorisée, et pourtant, à condition qu’elle ne soit pas systématique, il ne faut pas en avoir honte. C’est une bonne chose de dire, lorsque c’est possible, “moi, j’ai besoin de temps avant de pouvoir répondre à ceci ou d’accomplir cela”. On a le droit de ne pas tout faire tout de suite, de ne pas répondre à toutes les sollicitations urgentes.

C’est aussi une façon d’affirmer face aux autres sa liberté et sa singularité, de revendiquer son autonomie. La limite, c’est bien sûr de ne pas mettre ses collègues ou son entreprise dans une position délicate. Nous sommes tous en train de courir après le temps, nous nous sentons souvent écrasés par ce dernier. La procrastination permet de se libérer de la pression du temps, de retrouver une respiration personnelle, qui peut également être une inspiration pour nos idées, notre imagination, nos projets personnels.

En procrastinant, on donne à notre cerveau droit la permission de s’exprimer : cet hémisphère, davantage lié à l’imagination et à la créativité, a ainsi le temps de se mettre en équilibre avec notre cerveau gauche, celui du raisonnement, de la logique, ce qui nous permet de nous sentir en accord avec nous-même. La procrastination peut même être recommandée dans certains métiers. Un comptable n’a pas, a priori, besoin de procrastiner car, dans son travail, on lui demande avant tout de la rigueur et de la logique. En revanche, les artistes procrastinent très souvent car, pour mûrir leur projet, il faut que leur imagination et leur créativité puissent se libérer des carcans, que leur inspiration ait suffisamment d’air pour s’épanouir.”