A propos


Je m’appelle Boris. Je suis coach en développement personnel.

Laissez-moi vous expliquer comment c’est arrivé.

J’ai mis un terme à mes études de droit où je m’ennuyais royalement : je me suis mis à mon compte à 21 ans en tant que graphiste-webmaster autodidacte. Ca a très bien marché.

Par la suite, j’ai créé et géré des entreprises diverses et variées :

  • un club de remise en forme
  • une boutique en ligne de chocolats
  • un autre club de remise en forme
  • une boutique de fleurs

J’ai travaillé beaucoup. J’ai acheté, j’ai vendu. J’ai fait des affaires. Certaines m’ont rapporté beaucoup d’argent. D’autres m’en ont fait perdre plus encore. Je me suis toujours relevé. J’ai appris.

J’ai toujours eu une profonde volonté d’épanouissement personnel. Pendant longtemps, je croyais que ça consistait à avoir tout ce dont j’avais été privé plus jeune, à faire tout ce que je n’avais pas pu faire plus tôt.

C’est comme ça que je me suis payé le luxe, à plus de 30 ans, de m’inscrire aux cours Florent. Je faisais déjà du théâtre depuis des années. Je suis rentré en deuxième année sur audition. Je suivais les cours tout en gérant ma boite.

Je gérais tout de front.

Sur le plan personnel, j’étais plutôt volage. Je déployais des trésors d’énergie à rencontrer des femmes avec qui j’avais des relations qui ne dépassaient jamais le moment où naissait un sentiment amoureux. Je voulais rester libre.

J’avais érigé mon incapacité à m’engager en philosophie de vie. J’étais fier de mon argumentaire.

Tout ça, j’ai réussi à le faire en dépit d’un TAG, un Trouble Anxieux Généralisé. Je l’ai nié pendant des années. Je sentais bien que quelque chose couvait. Je sentais bien un certain mal être, quelque chose d’impossible à définir. Un malaise… J’avais des difficultés à trouver le sommeil. Parfois un sentiment d’oppression au niveau de la poitrine. Je soupçonnais que ça ne devait pas être normal d’avoir peur de croiser mes voisins en sortant la poubelle. Je sentais que quelque chose clochait…

Mais je faisais comme si ce n’était pas grave. Je continuais à agir.

Vous avez déjà entendu ça, vous savez, ce que vous serinent à longueur de vidéo ces millionnaires devenus coachs (à moins que ce ne soient des coachs devenus millionnaires) qui vous font croire que vous devez les envier : agissez ! Maintenant !

J’agissais.

Mais je me trompais de côté.

Un jour, ça m’a explosé à la figure.
Une belle grosse dépression avec toutes les joyeusetés qui vont avec :

  • angoisses existentielles
  • insomnies
  • pensées envahissantes
  • perte de confiance
  • perte d’envie
  • profond sentiment de solitude et d’incompréhension
  • peur de devenir fou
  • etc.

J’ai touché le fond.

Je n’avais plus qu’à pousser sur mes pieds pour remonter à la surface.

Il a simplement fallu que je le décide.

Alors, j’ai lu.
Je me suis fait accompagner.
Je me suis formé (et je continue).

J’ai placé ma confiance dans des personnes qui s’étaient libérées de leurs peurs. Je leur ai laissé me transmettre leur savoir, leurs compétences. J’ai été élève ou client. J’ai appris le coaching et de nombreuses techniques de changement et d’accompagnement. J’ai libéré mon esprit de ce qui entravait mon épanouissement.

Ceux qui vous laissent entendre qu’ils s’en sont sortis sans l’aide de personne ne disent pas toute la vérité. Nous sommes des animaux sociaux. Nous avons besoin des autres.

Aujourd’hui, je sais qui je suis. Je suis pleinement heureux. Je vis avec ma femme et son fils et je suis père d’un beau petit garçon !! 🙂

J’aimerais que vous puissiez toucher du doigt quelque chose :
Ce que vous faites n’a aucune importance tant que vous ne savez pas qui vous êtes.

Ce que j’ai appris, ce qui est désormais inscrit dans mon corps, j’aimerais vous le transmettre à mon tour. Je n’ai pas LA solution, mais je peux vous aider à la trouver.

Je ne vous promets pas de devenir riche. La fortune financière n’est pas un gage de réussite. Je pense que ce qui compte le plus, c’est d’être à l’aise dans ses baskets.
Je suis coach en développement personnel et j’aide les personnes qui ont été un peu bousculées par la vie à être confiantes et sereines. C’est à dire à savoir qui elles sont, à changer ce qui peut l’être et à accepter le reste 🙂 .

Si c’est votre cas (ou pas), vous pouvez me poser toutes vos questions, je me ferai un plaisir de vous répondre. 🙂

Les commentaires sont clos.