Mieux comprendre les tensions relationnelles grâce au Triangle Dramatique

Le triangle dramatique

Il vous arrive de vivre la même scène pour la n-ième fois : elle commence et finit toujours à peu près de la même manière, souvent avec les mêmes personnes ? Vous vous demandez parfois ce qui peut être à l’origine des conflits ou des tensions dans vos relations ? Vous aimeriez avoir enfin des relations paisibles avec vos proches ou avec vos collègues de travail ? Cet article pourrait bien vous aider à comprendre ce qui se passe et comment changer !

Le Triangle Dramatique ou Triangle de Karpman, du nom de son inventeur, met en lumière un “jeu” psychologique auquel nous consacrerions environ 75% de notre temps, sans même nous en rendre compte !

Il porte le nom de “Dramatique” car il met en scène trois types de personnages, trois “rôles”, sans lesquels une histoire n’aurait pas lieu d’être contée : Le Persécuteur, la Victime et le Sauveur (ou Sauveteur).

Triangle

Ces rôles sont interchangeables et la plupart du temps on ne reste pas dans un seul rôle au cours d’un même “drame”. Ces changements de rôle sont appelés des “coups de théâtre”.

Toutefois, nous avons tous plus ou moins un rôle préféré, un rôle que l’on endosse plus souvent que les deux autres.

Victime

C’est le rôle le plus répandu et probablement celui qui initie le plus souvent le drame.

La Victime pense que la cause et surtout la solution de son problème ne dépendent pas d’elle. Elle renonce à sa responsabilité. Elle subit et peut se sentir agressée, maltraitée sans pour autant réagir. Elle peut avoir tendance à se dévaloriser, à se croire moins capable qu’elle ne l’est et ainsi à se plaindre, à réclamer, parfois avec virulence, ou bien à pleurer pour susciter la compassion du Sauveur, avec le risque toutefois d’attirer les foudres du Persécuteur, qui renforceront alors sa croyance de Victime.

La Victime se place en position d’infériorité par rapport au Sauveur et au Persécuteur. Elle peut ainsi parfois avouer faussement sa responsabilité (“tout est de ma faute”) et s’excuser moins par réelle empathie que pour tenter de sortir du conflit, sans le résoudre vraiment, de manière à pouvoir recommencer le jeu plus tard.

Persécuteur

Le Persécuteur est souvent agressif envers la Victime. Il peut la dévaloriser, la blâmer, lui faire la morale, l’insulter, la manipuler, etc. dans le but d’asseoir sa domination. Cette attitude dissimule souvent des craintes relationnelles et une méconnaissance de soi (tout comme la Victime). Sous le costume de Persécuteur, il peut y avoir un Sauveur impuissant et déçu qui ne trouve plus d’autre solution face à la Victime, mais aussi une Victime qui se protège et essaie de se montrer aussi forte que possible.

En devenant la cible de jugements négatifs, notamment de la part du Sauveur (qui devient Persécuteur), le Persécuteur peut endosser le rôle de Victime, par exemple.

Sauveur

Le Sauveur pense que la Victime ne peut se défendre ou résoudre son problème seule. Il lui vient donc en aide, armé de toutes ses bonnes intentions, y compris et surtout si personne ne lui demande rien. Sous couvert de l’aider pourtant, il s’estime plus compétent qu’elle et l’infantilise en faisant à sa place, la privant ainsi de son autonomie.

Le Sauveur qui n’obtient pas la reconnaissance qu’il estime mériter peut facilement créer un coup de théâtre et devenir Persécuteur ou Victime face à une personne en position de Victime qui se rebellerait pour devenir Persécuteur par exemple.

Pourquoi en sortir ?

Les jeux psychologiques sont d’énormes consommateurs de temps et d’énergie, pour rien ! Ils nous enferment dans des visions biaisées de la réalité, des croyances et des automatismes relationnels qui nous épuisent, nous font souffrir et qui, à long terme, sont destructeurs.

Prendre conscience des rôles qu’on y joue permet de se laisser une chance d’adopter une autre posture relationnelle pour vivre des rapports humains plus simples et plus sains, plus harmonieux, et surtout d’accéder à une meilleure connaissance de soi-même, d’améliorer la confiance en soi et l’affirmation de soi.

Sortir des jeux psychologiques va véritablement changer votre vie. Il n’est jamais trop tard pour gagner en sérénité et obtenir enfin la paix à laquelle vous aspirez depuis toujours.

Comment en sortir ?

Garder le schéma en tête et prendre conscience des rôles qu’on joue et de ceux que jouent les autres est la première étape.
Accepter sa part de responsabilité dans la relation est probablement la chose la plus difficile, la plus coûteuse qui soit. Vous allez peut-être vous heurter à vos propres freins aux changements, qui pourront se manifester par des phrases du type : “Pourquoi ce serait à moi de changer ?
La peur liée au changement est normale et légitime, elle est le signe que vous êtes sain(e) d’esprit. La réponse à cette question se trouve dans le paragraphe précédent : probablement parce que vous souffrez. Et surtout parce qu’en ayant conscience du Triangle, vous allez maintenant avoir une longueur d’avance sur vos interlocuteurs.

La seconde étape est de s’extraire du jeu dès qu’on l’a décelé.
Pour cela, dans un premier temps, il peut être utile de quitter la conversation purement et simplement avant de se laisser déborder par le flot de ses émotions. Puis, peu à peu, de prendre une position d’adulte, neutre, d’accuser réception des paroles de son interlocuteur, en reformulant ce qu’il a dit, et éventuellement de questionner et d’accueillir son émotion, ses sentiments. Le processus CNV est particulièrement adapté pour sortir du Triangle Dramatique.

Le but ultime, bien sûr, étant de déceler le jeu avant qu’il ne démarre et de ne pas répondre à l’invitation qu’on vous fait.

Prendre conscience des distorsions du langage pourrait également vous aider à éviter les lectures de pensées qui vous éloignent de la réalité et de votre posture d’adulte.

Il va probablement vous falloir accepter de ne pas y arriver du premier coup, soyez persévérant(e).
Souvenez-vous que le coaching peut vous aider à adopter rapidement une posture plus sereine et authentique ! 🙂

Et vous, quels sont vos rôles préférés ?
Avec qui avez-vous l’habitude de jouer ?

Qu’allez-vous faire pour améliorer votre situation ?

Aidez-moi à aider +
  • 9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    9
    Partages
  • 9
    Partages

2 Commentaires

  1. besnardeau pascale

    tu as bien avancé Boris , tu t’auto coach? sympa tes articles çà fait du bien..
    A bientôt..

Laisser un commentaire